Retour aux sources: Cal Earth et les maisons en terre cuite…

Sunday 24 January 2010

Avec les évènements dramatiques qui sont arrivés à Haïti, nous voudrions tous pouvoir aider d’une façon ou d’une autre. Mais souvent c’est important d’avoir un coup de coeur ou d’admirer l’association humanitaire que l’on souhaite aider pour passer concrètement au soutien financier. J’ai déjà parlé de quelques associations pour lesquels j’ai eu des coups de coeur (CharityWater, Kiva), il y a d’autres associations beaucoup plus connus tels que Les Restos du coeur dont le fondateur Coluche force le respect et l’admiration.. on ne peut qu’aimer ce qu’il a crée.

Pour ma part, je suis contente d’avoir eu un nouveau coup de coeur pour une association pas très connu, en tout cas je ne la connaissais même pas il y a encore une semaine… et qui permettra de venir en aide aux Haïtiens en autre:

Il s’agit de Cal-Earth Institute, fondé par un ancien architecte de gratte-ciel : Nader Khalili.

Il a fait aboutir son concept d’habitations universelles dans le “Cal-Earth Institute” (institut pour l’architecture et l’art de la terre de Californie) qu’il animait à Hesperia.
La caractéristique de ces habitations, résistant aux incendies, aux tremblements de terre et ne coûtant presque rien, repose sur le fait que les matériaux qui ont servi à les élaborer viennent des terres environnantes. La terre est ensuite rassemblée dans des sacs fermés puis empilés et fixés avec des fils barbelés. Tout est après dans la forme arrondie, pour les petits dômes comme pour les grandes maisons : tout repose sur l’arc. Une fois montée, la maison est brûlée de l’intérieur et une coquille de terre cuite vient sceller l’édifice.
Baptisée “super adobe“, allusion aux premières maisons en terre crue (adobe) construites pas les colons espagnols en Californie. Elle est en outre alimentée en énergie propre et bénéficie d’une climatisation naturelle, grâce à des ouvertures judicieusement placées. Ces prototypes ont ainsi attirés l’attention de la Nasa.
Dès 1985, il rencontre les responsables du programme lunaire de l’administration spatiale américaine, avec dans l’idée la construction des premières bases sur le satellite de la Terre. En effet, la poussière lunaire ou martienne suffira à son concept d’habitations universelles car acheminer des matériaux de construction lourds sur la Lune est impensable.
Cette technique de construction intéresse aussi les Nations unies. Le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) et le Programme au développement (PNUD) sont venus étudier de près les prototypes d’Hesperia au début des années 2000. Des mini-dômes ont été construits sur les sites des tremblements de terre en Iran en 2002 et au Pakistan en 2005.

Source: Wikipédia

Ce qui m’impressionne le plus c’est que cette technique à faible coût de construction ait passé avec succès les tests de tremblements de terre, incendies, inondations et ouragans! comme quoi on peut faire des maisons écologiques, consommant peu d’énergie pour pas très cher.

J’aime beaucoup aussi cette citation trouvée sur le site de Cal Earth Institute:

“Earth is not dirt, it is better than gold”.

On peut faire des donations pour les aider à aller faire des abris d’urgence à Haïti. Ils ont récolté à ce jour 2500 dollars et vise 10 000 dollars. Ils voudraient envoyer entre 10 et 15 personnes pour former à cette technique de construction pendant un mois à Haïti.

J’ai trouvé un petit guide de formation pour créer un abri en urgence: http://calearth.org/images/pdfs/Khalili-emergency-shelter.pdf

Cal-Earth pense que toute la famille (que ce soit le père, la mère, les grand-parents, ou enfin les enfants) doit être capable de créer ensemble (ou pas) leur maison. Donc ils ont recherché pendant de nombreuses années une façon de simplifier le procédé de construction. Il fallait donc trouver un procédé où il n’y a pas besoin de porter de trop lourde charge, que la construction soit rapide à réaliser et flexible, et enfin que l’on puisse construire seul ou à plusieurs.

Et ils ont trouvé, c’est cela qui est génial

Je n’ai pas pu m’empêcher d’acheter du coup quelques livres sur le sujet tellement cela me plaît, j’en parlerai sur le blog probablement quand j’aurai dépiler un peu ma pile de lectures à faire. Je lis actuellement Introduction to Permaculture de Bill Mollison. Mais là aussi, coup de coeur oblige… j’ai acheté une petite pile de livres sur la permacutlure.

Voici 4 livres que j’ai acheté en rapport avec ce sujet de maison en terre et ses dérivés tels que la construction d’un four à pain (désolé c’est en anglais mais je n’ai pas trouvé de traduction):

Enfin, un article intéressant sur le net que j’ai lu aussi au sujet de Cal Earth Institute: http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2007-05-17/architecture-retour-aux-sources/920/0/183511

« Jusque dans les années 70, je faisais des gratte-ciel , confie-t-il dans un sourire désarmant.Et puis, un jour, j’ai compris. » Khalili narre l’épisode comme une fable. Une révélation venue en voyant jouer son jeune fils dans un parc. « Tout vient de la terre. La nature est harmonieuse. » Le discours se fait plus précis et prend une connotation très actuelle. « Ce que je propose, c’est du développement durable. Mes maisons sont faites de sable ou de terre (je n’aime pas dire poussière). Elles ne coûtent rien ou presque. Elles ne peuvent pas brûler, elles résistent aux ouragans et aux tremblements de terre car elles reposent sur un système d’arcs et n’ont pas d’étage. Rien de pis que les maisons carrées en cas de catastrophe naturelle ! »

Les commentaires et pings sont actuellement fermés.

2 Responses to “Retour aux sources: Cal Earth et les maisons en terre cuite…”

  1. Campagne de mobilisation 2010 pour Les Restos du Coeur | Hasard Du Jour - Alternatives pour un monde meilleur... dit:

    February 26th, 2010 à 5:38 am

    […] pour les restos du coeur sur Internet. Comme je l’avais glissé dans mon billet sur les maisons en terre, j’aime beaucoup cette association. Enfin je suis un peu triste qu’elle existe toujours […]

  2. mary33 dit:

    May 13th, 2011 à 9:01 am

    passionnée amérindien , c’est vraiment le type de maison que j’aimerais pouvoir construire.